14.08.2006

cet homme, je vous dis, cet homme pleurait

(homme d'un bus - Aurore d'août - Bruxelles, sur la route)

 

cet homme là, pleurait.

(pire qu'un Smeagol quand Gollum le martyrise avec sa précieuse)

 

cet homme là, pleurait, vide sans sa compagne en bouteille

‘une pièce’ pour boire ou une pièce pour manger

il voulait une pièce

alors

je lui ai donné un jeton d'argent, rond et précieux

il voulait une cigarette

je ne fume plus depuis 13 ans

il a pris le sou,

lard pour un cochon, dirait-on

il pleurait

il a dit merci mademoiselle

j’ai dit de rien (ben tiens)

mais

il ne me regardait pas

il ne regarde plus personne (pas même lui-même)

il regardait ailleurs

ailleurs ne veut pas de lui non plus

cet homme là, je vous dis, cet homme là, pleurait

une fois assis dans le bus, devant moi,

je me suis rapprochée, doucement

j'ai senti ses cheveux recollés,

observé son cou dégarni, rouge

homme coq sur une montagne maléfique

j'ai observé ses oreilles décollées

et senti encore

le gel pas cher

l’alcool pas cher

la vie pas chère

ce parfum de l’indigence, posté sous mon nez

je le reconnais, il est partout,

Bruxelles la belle recèle de ces gens-là

Partout, ils vivent ou meurent,

Tout le monde les voit pleurer

Tout le monde ou presque

Et la morale de cette histoire n’existe pas

 

et moi

moi, je sortais d’une fête,

toute la nuit, certains avaient ri, d’autres pas

mais aucun ne pleurait comme lui

les gens y ont bu, d’autres y ont fumé, d’autres s’y sont angoissé

à cette soirée

mais rien d’aussi triste

enfin, c’est moi qui dit ça

et c’est lui qui pleurait

lui, je crois qu’il boit sans pouvoir dire qu’il boit

 

avant de sortir à son arrêt

rejoindre qui sait qui, qui sait quoi

il a ajusté son foulard bordeaux autour de son cou

très assurément, élégamment,

il a jeté un regard vers moi, sans me fixer

je lui ai souri, je crois

à travers la vitre

il pleurait encore, je crois

mais, du moins, plus dans ses yeux.

 

Et moi, je ne sais plus si j’ai déjà pleuré comme ça

18:25 Écrit par Mon Oeil dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

larmes il n'y a pas grand chose à dire après un si joli texte
vous me touchez beaucoup...

Écrit par : lesyeux | 15.08.2006

... frissons...

Écrit par : anna*** | 15.08.2006

humm très sensible

Écrit par : virginie | 18.08.2006

Les commentaires sont fermés.